Recherche de contenu web
VetroSwiss
ATAG Wirtschaftsorganisationen AG
Postfach 1023
3000 Bern 14
info(at)vetroswiss.ch
Tél. 031 380 79 90
| DE | FR | IT |                                   | HOME | IMPRIMER PAGE |

Le marché du verre usagé

S'il est vrai que le verre usagé est une matière première précieuse, les recettes qui en sont tirées ne sont de loin pas énormes. Il est impératif de collecter le verre trié selon les couleurs pour avoir une chance de l'écouler sur le marché international du verre.
 
Près de 25 pour cent des nouveaux emballages en verre sont fabriqués en Suisse, dans la verrerie de Vetropack à Saint-Prex. Environ la même proportion de bouteilles vides est importée. La majeure partie des bouteilles qui atterrissent dans les containers à verre sont importées pleines en Suisse. C'est pourquoi il n'est pas étonnant que plus de la moitié du verre usagé doive être exporté pour être recyclé.
 
Le tri selon les couleurs est cardinal
L'exportation de tessons de verre n'a de sens que s'ils peuvent être utilisés pour la production de bouteilles. Les tessons de verre triés selon les couleurs sont particulièrement importants pour ce mode de recyclage. Les tessons de couleur brune ou blanche sont particulièrement demandés sur le marché du verre usagé. Le verre usagé suisse étant en substance de bonne qualité et collecté trié selon les couleurs, il est très demandé par les verreries situées à proximité de la frontière, à l'étranger. Le verre usagé mélangé est vendu aux verreries françaises et italiennes. Une partie importante peut être recyclée de manière alternative en Suisse, par ex. en verre cellulaire.
 
Précieux mais bon marché
Toutefois, le verre usagé ne permet pas de réaliser des recettes élevées sur le matériau. Le sable de carrière et la soude, les composants de la production de verre, sont disponibles partout dans le monde et leur extraction est quasi illimitée et peu coûteuse. Leurs prix sont donc plus ou moins stables et se sont rapprochés de plus en plus, ces derniers temps, du prix du verre usagé. L'utilisation de verre usagé est intéressante pour les verreries car elle leur permet d'économiser environ 25 pour cent d'énergie au cours du processus de production. Même durant les années à forte demande, les verreries payaient pour le verre usagé traité à peine plus de 20 à 40 francs par tonne, alors que les bouteilles en PET et l'aluminium permettent d'atteindre des recettes nettement plus élevées. Car dans ce cas, les matières premières primaires subissent de plus fortes variations des prix et elles se raréfient, ce qui fait monter les prix.
 
Les coûts de transports comme critères décisifs
Pour les communes et les périmètres, les recettes tirées de la vente de tessons de verre usagé sont en règle générale très faibles. En effet, avant que le verre ne parvienne du container à la verrerie ou dans d'autres lieux de recyclage, il doit être transporté et traité. Le verre étant un matériau particulièrement lourd, les coûts de transport sont par conséquent très élevés. A cela s'ajoute le fait que les coûts de traitement ont augmenté à cause de la pollution croissante du verre usagé par des corps étrangers. Les coûts de transports et de traitement sont donc des critères décisifs pour le calcul des conditions dans les contrats de reprise avec les communes et les périmètres. Etant donné que les communes et les périmètres ne gagnent plus rien sur le recyclage du verre usagé collecté, et doivent même parfois payer pour la reprise, les indemnisations provenant de la TEA sont d'autant plus importantes.
 
 
 
 
VetroSwiss est un membre de:
 
 
 
 
 
 
 
 
... damit Glasrecycling rund läuft ...
Trouver les points
de collecte en ligne
recycling-map.ch
 
Liens